3 ans

Modélisation environnementale et caractérisation physique des matériaux et des éléments de structures de la déconstruction en vue de leur recyclage dans une économie circulaire

L’objet de la thèse proposée est d’étudier l’intérêt et la faisabilité de réutiliser des matériaux ou éléments de structures issus de la démolition de bâtiments ou d’ouvrages d’art dans des constructions neuves. Ce sujet sera abordé parallèlement sur deux aspects : - la caractérisation des propriétés physiques de matériaux et d’éléments de structure issus de chantiers de déconstruction pour évaluer leur performance résiduelle ; - l’analyse de cycle de vie de leur réutilisation potentielle, afin de définir des indicateurs de potentiels de réemploi et de recyclabilité.

plus d’informations

Adélaïde FERAILLE - Contacter
Le stagiaire sera accueilli dans les locaux de l’ENPC et de l’Ifsttar à Champs-sur-Marne (Seine-et-
Marne), avec des déplacements ponctuels au Cerema Ouest à Saint-Brieuc (Côtes-d’Armor), pour
suivre des chantiers de démolition.

Autres offres d'emploi

Retour à la liste
1 an (renouvellement possible)

Postdoc: Molecular simulation of cationic exchange in clay

This postdoc is part of the ALLUVIUM project (I-site FUTURE) dedicated to earthen construction, with particular emphasis on the preservation of cultural heritage and the formulation of earthen materials for low carbon constructions (bricks, mortar, 3D printing). In the context of this project, an on-going experimental campaign using XRD identified a shortlist of promising cationic compounds to mitigate crystalline swelling. Yet, this identification mostly proceeds by trial and error and the reason why some compounds perform better than others remains unclear. A fine understanding of the effects of cationic exchange requires a detailed investigation at a scale hardly accessible to experiment. In this postdoc, we propose to use molecular simulation techniques to complement experiments at the nano-scale. The position can start anytime but not later than fall 2020.

3 mois

Mise en place d’une procédure de mesure de coefficient de diffusion translationnelle en phase liquide par RMN bas champ.

Ce stage de trois mois consiste donc à réaliser des premières mesures de coefficient de diffusion translationnelle sur des échantillons connus de différentes viscosités dans des conditions contrôlées grâce à une procédure standard et automatisée déjà en place. L’objectif est de pouvoir mieux appréhender divers aspects de cette méthode comme la reproductibilité, les incertitudes de mesure, la sensibilité aux conditions expérimentales (température, quantité de matière, viscosité…) ou aux paramètres de la séquence standard mis en jeu pour cette mesure, ou encore l’influence des paramètres de la séquence sur le temps de la mesure. Grâce au travail fourni par le ou la stagiaire, la plate-forme IRM/RMN du laboratoire Navier pourra ensuite proposer non seulement des mesures de coefficient de diffusion translationnelle mais aussi un cadre scientifique plus rigoureux fondé sur des données de terrain ainsi qu’une utilisation de cette séquence facilitée par une fiche technique, réalisée par le ou la stagiaire, adaptée aux besoins du laboratoire.